• Comme je disais, je me répète, cela se produit toutes les 4 semaines. Et je n'arrive pas à m'en dépatouiller, à trouver une solution pérenne.

    Mon traitement de substitution est prescrit pour 4 semaines max non renouvelables. Même, théoriquement, la délivrance du médoc devraient se faire semaine par semaine. C'est galère, il faut que le médecin spécifie "délivrance en une fois". Sinon il faut aller "pointer" tous les 7 jours à la pharmacie et toujours la même. T'imagine quand tu dois t'absenter, il faut tout prévoir. Portant tout n'est pas prévisible. Mais bon il y a tellement de trafics avec ce genre de produit.

    Et, donc, mon problème ce que souvent au cours de ces 4 semaines je déconne et prend certains jours plus de comprimés que prévu. Alors quand arrive la fin de l'ordonnance, c'est le risque du manque. Comme il y a un mois. Cette fois ci, j'ai un peu mieux gérer.Mais hier il ne me restait qu'un comprimé au lieu de 4. Alors en fin d'après midi je suis tombé de fatigue et j'ai dormi, sur le canapé, d 18 h à 23 h. Donc nuit ttrès difficile ensuite, très fractionnée. Et avec toujours ces douleurs articulaires. Douleurs psychosomatiques que très peu de praticiens arrivent à comprendre, voir à admettre. Bon cette fois elle étaient tolérables mais elles sont très chiantes, pas violentes mais lancinantes et permanentes. Tournantes aussi: un coup l'épaule droite puis le genou gauche puis l'épaule gauche ( alouette !). Et tous les analgésiques du monde n'y peuvent rien vu que c'est dans la tête !

    En plus j'avais rendez vous avec le médecin seulement à 15 heures. J'étais debout à 6 heures du mat' et ces 9 heures d'attente sont passées à une lenteur désespérément douloureuse.

    Et ensuite et c'est peut-être le pire c'est la délivrance du premier comprimé. Je ne dirais pas que c'est la nirvana mais ça doit y ressembler... Et ça aussi c'est terrible; l'effet est superbe, rapide et assuré. C'est pour cela que l'on a toutes les peines du monde à s'en débarrasser, c'est que c'est bon !Je prend aussi un antidépresseur et je sais que cela me fait de l'effet, positif. Mais cela n'a rien à voir. Cet effet n'est pas immédiat, pas ressenti précisément. Et puis si tu l'oublie, et cela m'arrive régulièrement, cela n'a aucune conséquence, tu ne te sens pas mal.

    Enfin bref, à l'ouest, rien de nouveau...


    votre commentaire
  • Cela se reproduit toutes les 4 semaines.

     


    votre commentaire
  • ...que je commence à écrire un truc ici, au bout de quelques minutes, le texte s'éfface et impossible de le récupérer.

    C'est pénible.

    de toutes façons, j'avais oublié ce que j'avais à dire...


    1 commentaire
  • Ouais ça va mieux même si ce site vient de boguer et de faire disparaître le début de mon article. Et ce n'est pas la première fois.

    Je racontais une de mes minies galères de ces jours derniers. je voulais déposer un chèque à la banque. Mais j'oubliais que nous sommes un mardi veille d'un jour férié. Donc les banques font le pont. Enfin le pont: un viaduc, ouais ! 4 jours et demi et deux fois de suite ! Joli mois de mai !

    Moi qui suit un ancien de la grande distribution cela me fait réver ou bouillir . Avoir deux jours de repos de suite,faire le pont, ne pas travailler un jour férié ! Quand on pense que mes ex collègues n'ont plus le droit qu'à trois jour fériés où leur magasin est fermé à cout sur : le premier mai; Noël et le jour de l'an ! Et en plus, pour la plupart, ils se coltent 12 dimanches par an ouvert. Et ce n'est qu'un début...

    Enfin bref, je vais mieux grâce à une légère rentrée d'argent, le RSA ( mais je ne plains pas, c'est déjà bien de vivre dans un pays qui permets cela) qui m'a permis d'acheter quelques bouquins. Et même si il vont rejoindre la pile des livres à lire, qui augmente fortement et dangereusement , cela me remonte le moral.

    Et puis j'ai pu me procurer quelques plantes vertes, pour ici et la campagne, et cela aussi fait du bien.

    Je retourne là bas la semaine prochaine et je vais voir si mes radis, qui venaient juste de lever quand je suis parti la dernière fois, se présentent bien. J'ai trouvé un sachet de graines de carottes variées; des oranges, des jaunes, des blanches et des violettes ! Si j'arrive à faire la récolte dans deux semaines, je vous dirais si il existe une différence de saveur !

    Allez, comme disait le prisonnier ( je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre !!!) " Bonjour chez vous" !


    1 commentaire
  • Depuis que je suis revenu de mon deuxième séjour à la campagne, dimanche, je me traine.

    Il faut dire que le week-end dernier s'est très mal passé. Par ma faute. Comme d'hab'. Toujours les mêmes conneries de ma part.

    Putain de toxicomanie. Putain de dépendance.

    J'ai passé une grande partie de la nuit de samedi à dimanche, la semaine passée, aux urgences du petit hôpital de campagne, de Péronne. Ca doit faire le deuxième ou la troisième fois , ces dernières années. Pour le même motif: le manque. Ce qui entraine l'impossibilité de dormir, perclus de douleurs que l'on est. Moi elle apparaissent dans les articulations de épaules soit à gauche, soit à droite. Et aucun  analgésique ne peut en venir à bout.

    Et à chaque fois j'explique cela au personnel soignant soit personne ne me comprend soit on ne me croit pas partant du principe que la parole d'un toxico ( vieux comme moi qui plus est, avec son look de hippie sur le retour) ne vaut pas grand chose. On ne me comprend pas an cherchant, honnêtement, à ma soulager avec des analgésiques courant. Cette fois si on m'a perfusé du paracétamol 1000 mg ! Il faut savoir qu'un vieux toxico comme moi possède un foie "de compét", c'est à dire qu'après avoir absorbé pendant des années des tas de molécules chimiques diverses, le foie devient super résistant ( ou alors  il craque, ce qui n'est pas mon cas, mes analyses sont niquel )  et qu'il synthétise tout à vitesse grand V. Alors la paracétamol, dans mon cas, c'est comme de me proposer un sparadrap pour un bras arraché...

    Mais aller expliquer cela à trois heures du mat' à des professionnels de santé quand vous étes complétement dans les vap'...Leur expliquer que mes douleurs dans les articulations n'ont rien à voir avec de l'arthrose , que cela ne sert à rien de me faire passer des radios, c'est remettre en cause leurs connaissances pros, c'est vouloir leurs donner des leçons. En plus on est en province et les leçons venues d'un parisien, ça peut ne pas bien passer.

    Enfin bref j'ai l'impression de parler à des murs. Je me doute, aussi, que mon cas doit être assez rare dans ce service mais j'ai eu aussi beaucoup de difficultés à faire comprendre cela à des urgentistes franciliens pourtant plus habitués à ce genre de pathologie.

    Mais bon, je n'ai qu'a m'en prendre à moi même. Si je ne veux plus avoir a faire à ce genre d'incompréhension, il faut juste que je ne me retrouve pas dans ce genre de situations !   


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique